Lafourche, Louisiane

Enquête effectuée à Lafourche  en 1997 sous la supervision de Sylvie Dubois.

Cet extrait provient du Corpus Cajun French/Cajun English corpus (vérification des transcriptions, en collaboration avec le projet GTRC Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage (CRSH/GTRC, dir. F. Martineau). Pour plus de détails, voir Sylvie Dubois (2005). « Un siècle de français cadien parlé en Louisiane : persistance linguistique, hétérogénéité géographique et évolution », dans Albert Valdman, Julie Auger et Deborah Piston-Hatlen (dir.), Le Français en Amérique du Nord : état présent, Québec, Les Presses de l’Université Laval, p. 287-305.

Toute reproduction sans autorisation est interdite.

Contact : Projet Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage (GTRC/CRSH, dir. F. Martineau) polyphonies@uottawa.ca

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

P :     Moi je me rappelle une fois j’avais eu euh un/ un/ un clou qui m’avait sorti. Et/ mais c’était sur/ sur la figure.  Et c’était/ c’était bien bien vilain.  Il faulait que je m’en vas à la maison tellement que ça m’est venu.  So elle me dit euh/ la principale elle me dit « Appelle pour faire sûr que ta tante est là. » (rire) Je dis « Elle est là, tracasse-toi pas. Parce qu’elle peut pas/ elle peut pas manoeuver un char so je connais qu’elle est là. » Elle dit « Appelle quand même. »  J’ai dit « Ben, faudra» j’ai dit (rire) « que je parle un peu dur parce qu’elle est/ elle est sourd. » J’ai dit « faudra je lui dis en français parce que si je lui dis en anglais elle va pas croire que c’est moi parce que je lui parle tout le temps français. » Elle me dit « Appelle ta tante. » So là j’appelle et je dis « Mémère, (rires) il faut que je m’en vienne de l’école. » « Okay, » elle dit « ben viens t’en.» So dès que j’ai fini, je dis à la soeur je dis euh « Elle est là. » Elle me dit « Alright. » Elle dit « Je te donne quarante-cinq minutes. » Et je dis « Heille là, oubliez pas que les bus courent pas comme dans le matin. Eusse courent un petit peu plus loin. » Tu étais sur les bus dans la ville, bus publics.  Et je dis euh « Ça va peut-être me prendre un heure plutôt que quarante–cinq minutes. » Elle dit « Je te donne quarante-cinq minutes. Et là je vas appeler. »  Et dès j’ai mis la main sur la porte pour ouvert la porte, le téléphone est après sonner. Dès que le téléphone a sonné j’ai dit « Mémère, répond pas, c’est la soeur! » (rires) So eusse/ eusse guettaient pour toi.