Saint-Boniface, Manitoba

Enquêtes effectuées en 1995-1997 à Saint-Boniface (Manitoba) sous la supervision de Sandrine Hallion

Cet extrait provient du Corpus Hallion, 1995-1997. Pour plus de renseignements, voir Hallion, Sandrine (2000), Étude du français parlé au Manitoba, Thèse de doctorat, Université Aix-Marseille I – Université de Provence.

Toute reproduction sans autorisation est interdite.

Contact : Projet Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage (GTRC/CRSH, dir. F. Martineau) polyphonies@uottawa.ca

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

P :   Je sais pas s’il y a d’autres fêtes là mais, le Festival du Voyageur, ici c’est une grosse affaire là, au mois de février là où ce que c’est la/ la fête des Franco-Manitobains. Donc ça c’est pratiqué certainement là, on se promène habillés comme des voyageurs, toute la semaine pis tout ça.

I :   Est-ce que tu te/ t’habilles aussi ?

P :   Oui. (toux) Souvent. Mais c’est surtout comme si/ si il y a une euh une soirée là, pis là on s’habille en voyageur pis c’est, c’est commun, on voit ça au mois de février là, tout le monde s’ha/ s’habille comme les voyageurs pis c’est juste ah, c’est comme ça, comme ça que ça se passe. Mais ça c’est vraiment euh, c’est garder euh, c’est vraiment garder la culture euh.  Je sais pas, c’est le seul temps où ce que le restant de Winnipeg aussi, sait qu’il y a une/ les Franco-Manitobains parce que le Festival euh <I : Marche bien.> apporte beaucoup à beaucoup de personnes là qui viennent découvrir  « Oh! ». Comme on a toute le sucre d’érable, mais ça c’est plutôt euh comme québécois là, mais franco-manitobain, tant qu’à faire! (rire) Pourquoi pas là pis il y a tout ça là, de bonnes mu/ gigueurs pis des/ des sculptures de neige tout ça là, ça/ ça c’est pas mal/ ça fait partie de notre culture et puis c’est vraiment fêté là pendant toute une semaine. Ça c’est probablement la plus grande fête.