Gravelbourg, Saskatchewan

Enquête effectuée à Gravelboug (Saskatchewan) en 1998 sous la supervision de Pierre-Yves Mocquais dans le cadre du projet Les pratiques culturelles de la Saskatchewan française (les transcriptions et vérifications des transcriptions ont été faites par France Martineau, U. d’Ottawa).

Toute reproduction sans autorisation est interdite.

Contact : Projet Le français à la mesure d’un contact : un patrimoine en partage (GTRC/CRSH, dir. F. Martineau) polyphonies@uottawa.ca

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

P :  Ben m’as dire comme on dit euh, moi j’étais la plus vieille. Après ça maman me faisait faire des couches pis je/ elle me disait c’était des mouchoirs. Elle me faisait/ tu sais des grands morceaux pour faire des/ des/ tu sais parce tu sais qu’est-ce que c’est des couches hein? Des couches pour les bébés?  Bon quand j’a/ j’avais rien à faire maman elle les taillait là pis elle me disait/ pis moi je trouvais donc c’était/ j’aimais ça coudre. J’aimais ça. Ça fait que je faisais ça. Je faisais la couture tout le tour pis elle me disait c’était des mouchoirs pour/ des mouchoirs ? Pour moi c’était des gros mouchoirs!

I :   (rire) C’était des couches. (rire)

P :   Mais tu sais quand qu’on est jeune pis qu’on a jamais sorti euh m’as dire comme on dit pis qu’est-ce que notre mère nous disait hein. Pis elle avait un bébé tous les ans je te dis que c’était pas des farces. //I : Ah oui.// Ça fait que les trois derniers c’est moi qui les a élevés. Maman était toujours malade au lit pis c’est moi qui a aide/ arrêté l’école à quinze ans pour//

I :   //Aider à la maison.//

P :   //aider à prendre charge de la maison. Si vous pensez (phrase non terminée)//

I :   //Expliquez-moi c’est qu’est-ce qu’il avait à faire pour prendre charge de la maison euh ?

P :   Prendre charge ben c’était premièrement c’était faire du pain à tous les deux jours. Une cuite de douze treize pains. Heille pis moi je/ (rire) et pis après ça prendre charge de la maison. Ben c’était de faire le lavage, c’était de faire ci, c’était de faire ça. J’étais en/ en tête de tout ça. Fallait que je fasse tout ça. Et pis là ben j’ai commencé à coudre pis ça j’aimais ben ça coudre. Parce que même mes petites sœurs ben je leur/ maman taillait les robes pis je les cousais pis c’est/ ça m’intéressait. Je trouvais ça intéressant. Mais mon Dieu Seigneur est-il possible que c’était, m’as dire comme on dit, ça on avait/ on avait aucune commodité. Si tu avais b/ en hiver ben on avait un baril dans la maison on rentrait la glace pis on laissait ça fondre. Après ça il fallait chauffer l’eau sur le poêle//

I :   //Pour/ ah pour/ pour le bain ?

P :   Ben…

I :   Pour le bain ?

P :   Le bain on n’en prenait jamais de bains! On savait pas quoi ce c’était ça de prendre un bain.

I :   Jamais c’est une fois par ?

P :   Oh ben on se lavait avec euh ave/ à/ à /à la maison. Jamais on se lavait le/ le bas du corps,  rien. On se lavait les mains pis le visage pis c’était tout. Oh mais, parce que vous comprenez on avait juste une grande cuisine puis un autre euh/ un autre petite chambre en bas là et pis nos chambres/ on avait trois chambres à coucher en haut. C’était tout ce qu’on avait.