Maillardville, Colombie-Britannique

Enquête effectuée sous la supervision de Randall Gess dans le cadre du projet Phonologie du français contemporain. Pour citation : Gess, R. (2007). Corpus oral du français à Maillardville. 15 locuteurs. Rassemblé dans le cadre du Projet de phonologie du français contemporain (2004) [http://www.projet-pfc.net].

Toute reproduction sans autorisation est interdite.

Contact : Projet Le français à la mesure d’un continent : un patrimoine en partage (GTRC/CRSH, dir. F. Martineau) polyphonies@uottawa.ca

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

I1 :    …voulez continuer simplement de nous parler de/ de votre vie ici

P1 :   Ben c’est/ c’est comme si… oui.

I 1 :   [xxx] euh Maillardville

P1 :   Ben comme je dis je connais encore beaucoup de monde qui sont ici savez qui euh (…) Comme comme j’ai été, comme je dis samedi et dimanche on avait le Heritage Week, qu’ils appellent, et puis on s’habille dans le st/ le temps de la/ la/ on/ dans l/ dans les années dix-neuf cents.

I2 :    Ah oui?

P1 :   Ah oui.  On a tous nos/ (bruit) on/ (…)

I1 :    Avec tous les costumes?

P1 :   On a tous les costumes on a tous les/ on/ nos costumes.

I1 :    Oh.

P1 :   C’était vraiment beau, aussi.

I1 :    Est-ce que c’est toute la semaine ou?

P1 :   Non c’était seulement que samedi et dimanche.  Avoir su ça je v/ si j’avais su/ su ça d’avance on aurait pu vous le laisser savoir parce que vous auriez vu beaucoup de monde beaucoup/ pis beaucoup du/ des francophones qui parlaient pis tout ça. Il y avait beaucoup des/ de la musique puis/ et puis toutes sortes d’affaires qui se pro/ qui se promenaient durant le/ le/ le ch/  le/ durant la fin de semaine.

I1 :    Est-ce qu’il y avait des activités?

P1 :   Ah oui toutes sortes d’activités qui se promen/ euh oui oui tout/ tout là.  Comme nous autres moi j’ai passé la/ la/ la journée en/ dans le/ dedans le musée parce que fallait que je montre au monde qu’est-ce c’est que c’est qui/ qu’est-ce c’est que c’est qu’on fait pis que c’est que c’est qui/ qui/ que c’est que c’est qu’il se fait euh et puis toutes ces cho/ pis que dans l’ancien temps. Et puis euh je/ moi j’ai, comme je vous dis je/ ça fait longtemps je suis à Maillardville, et puis euh/ pis le monde se ta/ ils pouvaient pas me croire. J’ai dit/ j’ai/ je faisais du euh «babysitting»  dans la/ dans le b/ le b/ le building que j’étais qui est le m/ le mé/ le mu/ le musée ap/ ap/  //I1 : Ah oui.// quand le monde qui sontaient là parce que c’était/ il y avait le président et le vice-président du Moulin. Pis le vice-prés/ le/ le vice-président était dans le musée. C’est là qu’il restait. //I1

I1 :   //Ah c’était sa maison aussi.

P1 :   Dans la maison. La maison est de 1908. Et puis le m/ le s/ le/ le m/  président restait euh dedans le y où ce que c’est que c’est Place de/ Place des Arts là astheure. Mais ils ont fait un addition dessus. Ça fait que je m’en rappelle moins de de ça depuis que j’étais pet/ (…) Pis j’aillais babysitter avec ma sœur le samedi des fois dans après-midi. Pis les «big shot»s eux autres avaient leur euh/ ils avaient une/ une femme qui venait faire euh la manger.  Après ça elle partait elle. Pas elle qui lavait la vaisselle. Fait que nous autres moi pis ma soeur fallait/  ils nous donnaient deux piasses et demi  pour la journée. Babysitter deux petites filles et pis laver toute la vaisselle.  Pis je disais à ma f/ sœur «Sainte-Bénite, ils doivent avoir» (…)