Le mitchif

Le mitchif, véritable langue mixte, est né de la rencontre entre la langue  française et la langue crie (famille algonquienne).

Le mitchif est la langue propre de ce nouveau peuple, les Métis, qui, dès lors, peuvent revendiquer une identité distincte de celle des Français et des autochtones. Toutefois, tous les Métis ne parlent pas (ou plus) le mitchif.

Selon le recensement de 2011 effectué par Statistique Canada, « Le mitchif, langue traditionnelle des Métis, a été déclaré comme langue maternelle par 640 personnes vivant principalement en Saskatchewan, au Manitoba ou en Alberta. »

La langue mitchif se parle surtout dans les Provinces de l’Ouest canadien, mais aussi aux États-Unis (Dakota du Nord et Montana).

Le terme Mitchif vient de la prononciation locale « métif » qui signifie « de sang mixte », renvoyant ainsi aux Métis, peuple né de l’union entre les femmes autochtones et les hommes blancs


Trwa lii n-oor – À vous de jouer!


La curiosité, quel bon défaut!

Pour en savoir plus sur le mitchif

Clément Chartier (Président, Ralliement national des Métis), Comité permanent des langues officielles, LANG, n° 063, Canada, Chambres des communes, 29 novembre 2012, p. 4, http://publications.gc.ca/collections/collection_2012/parl/XC60-1-2-411-63-fra.pdf (19 mars 2014).

Diversité et Francophonie. Rapport de la conférence, Ministère du patrimoine canadien, Vancouver, novembre 2005, p. 33, http://publications.gc.ca/collections/collection_2008/ch-pc/CH36-4-6-2007F.pdf (19 mars 2014).

LearnMichif.com, Métis Nation BC, http://www.learnmichif.com/home (19 mars 2014).

Jacques Leclerc, « Le mitchif », L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/amnord/mitchif.htm (19 mars 2014).

Robert Papen, « Quelques remarques sur un parler français méconnu de l’Ouest canadien : le métis », Revue québécoise de linguistique, vol. 41, no 1, 1984, p. 113-139, http://id.erudit.org/iderudit/602530ar (19 mars 2014).

Robert Papen, « Le mitchif : langue franco-crie des Plaines » dans Albert Valdman, Julie Auger et Déborah Piston-Hatlen (dir.), Le Français en Amérique du Nord, État présent, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, p. 327-347.

Robert Papen, « Le français des voyageurs et son évolution dans l’Ouest canadien », Musée virtuel francophone de la Saskatchewan, Revue historique, vol.  22, no 2, hiver 2012, http://musee.societehisto.com/le-francais-des-voyageurs-et-son-evolution-dans-l-ouest-canadien-n2382-t7933.html (19 mars 2014).

Robert Papen, « La question des langues des Mitchifs : un dédale sans issue ? », dans Denis Gagnon, Denis Combet et Lise Gaboury-Diallo (dir.), Histoires et identités métisses : hommage à Gabriel Dumont / Métis Histories and Identities : A Tribute to Gabriel Dumont, Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, p. 253-276, 2009, https://www.academia.edu/4391148/La_question_des_langues_des_Mitchifs_Un_dedale_sans_issue (5 mai 2014).

Pamela V. Sing, « Défense et illustration du mitchif dans la littérature de l’Ouest canadien », Cahiers franco-canadiens de l’Ouest, vol. 14, no 1-2, 2002, p. 197-242, http://sites.ustboniface.ca/cahiersfco/v14textes/v14sing.pdf (mai 2014).


Merci à Robert Papen pour sa précieuse collaboration à l’élaboration du volet sur le mitchif.